Print
Hilde Wynant - Arval

Hilde Wynant - Arval

« Le Blended Learning : ça marche ! »

Avec le Blended Learning, vous travaillez la langue cible sous divers angles. La combinaison des méthodes d’apprentissage donne des résultats tangibles, et la diversité est source de motivation.

C’est, du moins, l’opinion de Hilde Wynant, Manager Business Support chez Arval.

« Arval est une société de leasing automobile active dans 19 pays, dont la maison mère se situe en France. Son siège belge emploie 120 personnes », explique Hilde Wynant. La formation des collaborateurs compte parmi ses attributions. « Nous estimons la formation - y compris l’apprentissage des langues - importante pour motiver et fidéliser le personnel.

Mais ce n’est pas tout. Nous sommes un prestataire de services. La voiture de leasing est partout la même. C’est notre service qui fait la différence. Et dans cette optique, la connaissance des langues est essentielle. Nous voulons nous profiler en tant qu’entreprise bilingue où le client est servi dans sa propre langue. »

Pour Hilde Wynant, le succès d’une formation en langues est éminemment tributaire de la qualité de l’enseignant. « Il faut que le courant passe et à cet égard, notre relation avec Lerian-Nti est très gratifiante. Nos participants sont ravis.»

Un cocktail qui fait mouche

« A présent, nous sommes familiarisés avec divers modules et formules d’apprentissage. Lerian-Nti nous recommande la meilleure stratégie en fonction de nos souhaits et des besoins du participant. Une douzaine de collaborateurs suivent actuellement un cours de français ou de néerlandais via le Blended Learning.

Cette approche combine les formations ‘face à face’ en petit comité avec des cours par téléphone et des exercices en e-learning. » Les groupes sont composés de collaborateurs de différents départements ayant un niveau linguistique similaire.

Pendant 12 semaines, la formule alterne une semaine deux heures de cours, à un moment convenu dans nos bureaux, et une semaine avec une demi-heure de cours individuels par téléphone. Dans l’intervalle, les collaborateurs s’exercent via la plate-forme d’e-learning. Globalement, Hilde Wynant trouve cette immersion linguistique plutôt intensive. « Cela permet de travailler la langue cible sous divers angles en plus d’être interactif, varié et très axé sur la pratique. Son rapport coûts-bénéfices est  également avantageux. »

Rendement et transparence

La motivation est un facteur crucial, ajoute Hilde Wynant. « On n’embarque pas dans une formation à la légère : l’investissement doit être rentable. Le Blended Learning demande de la discipline et pas mal de temps. L’engagement et le respect des règles sont également indispensables. Lerian-Nti s’efforce d’ailleurs d’optimiser le rendement de l’apprentissage.

Il est en outre très pratique, en tant que responsable des formations, de pouvoir accéder à la plate-forme e-learning. On peut ainsi garder un oeil sur les présences, les progrès et l’engagement des participants. Une transparence que nous apprécions. »

« Il n’existe pas de solution miracle pour apprendre une langue. Une demi-heure de cours par semaine ne suffit pas. L’environnement de travail doit, lui aussi, être impliqué dans le processus. Cette culture de la mixité linguistique doit littéralement prendre vie au sein de notre entreprise. Et ce n’est possible que si les managers et la direction s’y intéressent, si nous assurons un suivi systématique des connaissances linguistiques, si les collègues se parlent dans la langue cible sur le lieu de travail, etc. La pratique reste encore la meilleure des écoles ! »